Halloween : les origines du projet (1/2)

Bien avant d’être le succès que l’on connaît, Halloween a été élaboré timidement, mais avec dextérité et motivation. Une succession de points forts émanant d’une équipe soudée et investie, fruit d’un travail préalable qui regorge d’anecdotes aujourd’hui savoureuses.

Donald Pleasence et le producteur Irwin Yablans sur le tournage de Halloween, en 1978.

Le budget microscopique du film (325.000$) a été présenté au producteur syrien Moustapha Akkad par le réalisateur John Carpenter et Irwin Yablans (également producteur pour Compass International Pictures). D’abord réticent, Akkad doutait de la crédibilité de Carpenter en tant que réalisateur (il n’avait alors que deux films à son actif), et du délai de tournage et de production limité (4 semaines de production, 4 semaines de tournage et 4 semaines de post-production et distribution avant la sortie du film prévue à l’automne). Carpenter a donc démontré à Akkad ses motivations en exposant lui-même, et verbalement, l’intrigue du film et son aura de suspense qu’il présenta presque plan pour plan, dans les moindres détails, ajoutant au projet tout son professionnalisme et la perspective avec laquelle il allait insuffler son talent de mise en scène. Ensuite, il refusa tout bénéfice additionnel sur le budget, preuve irréfutable de sa confiance en son projet. Il empocha donc son cachet de 10.000$ pour la réalisation, l’écriture du scénario et la composition de la musique du film, et fut gratifié de 10% des profits du film, engageant ainsi sa rémunération en fonction du succès éventuel de son métrage. En échange, il eut carte blanche sur l’ensemble de la partie créatrice, un contrôle total sur le tournage, et son nom en grandes lettres accolées au-dessus du titre dans le générique.

Bien que John Carpenter et sa compagne Debra Hill furent chargés de l’écriture du scénario, c’est Irwin Yablans qui avait à la base l’idée de la trame d’un tueur psychotique qui s’en prenait à des baby-sitters. Après qu’il leur présenta son synopsis, Carpenter et Hill développèrent le script de The baby-sitter murders. Yablans suggéra de transposer l’histoire le soir du 31 octobre, et de baptiser le film Halloween.

Debra Hill et John Carpenter à Pasadena, lieu de tournage de Halloween (1978).

Durant l’écriture, Carpenter et Hill intégrèrent des éléments personnels, en hommage à certaines de leurs connaissances, ou par influences. La ville fictive d’Haddonfield, Illinois fut choisie en hommage à la ville éponyme du New Jersey, ville natale de Debra Hill. Laurie Strode est le nom de la première petite amie de John Carpenter. Tommy Doyle est le nom d’un personnage de Fenêtre sur cour d’Alfred Hitchcock, et Samuel Loomis celui du petit ami de l’héroïne de Psychose du même Hitchcock. Le nom du shérif Leigh Brackett provient du romancier de science-fiction Leigh Brackett, scénariste de Rio Bravo et L’Empire contre-attaque. Quant à Michael Myers, il s’agit du nom du distributeur anglais et ami de John Carpenter qui aida ce dernier lors de la sortie de son précédent film, Assaut sur le Central 13. Carpenter et Hill rédigèrent le scénario en trois semaines. Debra Hill fut chargée de la plupart des dialogues des personnages féminins, travaillant ardemment à la crédibilité et à l’authenticité des personnages.

(sources : halloweenmoviefacts, halloweenmovies)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

6 + 18 =