Halloween II (1981) : un scénario et une gueule de bois

Malgré l’immense succès de Halloween et la notoriété instantanée qui s’est offerte à lui après le film, John Carpenter n’a jamais été emballé à l’idée de faire suite à son film La nuit des masques. Il reste encore aujourd’hui ébahi de la longévité de cette saga. En 1980, lorsque le producteur Moustapha Akkad l’invite à écrire la suite des aventures de Michael Myers, il a d’abord refusé. Son amie Debra Hill était également sceptique, estimant que tout avait été dit dans Halloween, qu’une suite est inutile. Pourtant, Halloween est piégé par sa propre fin, avec sa porte grande ouverte sur une séquelle. De plus, le genre du slasher commence à faire pousser de nouvelles graines, générant des revenus considérables. Et la renommée du film à travers le monde est une raison suffisante pour le producteur d’espérer réitérer ce succès et amasser encore plus d’argent. Il ne l’avouera que bien plus tard, mais la peur de la page blanche a touché John Carpenter pendant longtemps, ne trouvant vraiment pas comment poursuivre l’histoire. Ce projet n’était pas né de lui, aussi la motivation n’était pas au beau fixe, ni l’inspiration, de fait. Toutefois, la première pensée de Carpenter a été d’intégrer l’histoire et les personnages quelques années plus tard, dans une grande ville, et plus précisément à l’étage d’un gratte-ciel dans lequel habiterait Laurie Strode. Ce n’est que plus tard qu’il décida de faire une suite directe, afin de plonger plus vite dans l’action et maintenir gratuitement le suspense du final du premier film. Michael Myers y poursuivra toujours Laurie, jusque dans les couloirs de l’hôpital où elle a été envoyée pour y être soignée. Le Dr Loomis, qui traque toujours son ancien patient, apprendra que Laurie est en réalité la petite sœur de Myers, et que repose dans cette découverte la véritable motivation de ce dernier à vouloir la tuer.

Dick Warlock (Michael Myers) et John Carpenter sur le tournage d’Halloween II (1981)

Carpenter se confie lors d’une interview pour Comicbook.com : il a écrit le scénario d’Halloween II un soir très arrosé. Et c’est sous les effets de l’alcool qu’il trouve finalement cette idée de lien familial entre le tueur et la victime : « NBC a acheté les droits pour diffuser Halloween à la télévision. Mais notre film était trop court pour eux, et il fallait que je rajoute quelques minutes de bobine. Je crois que c’était quelque chose comme 8 minutes. Mais il n’y avait rien à ajouter. Le film était terminé. C’était tout ce que je voulais faire. Et c’est là que je suis arrivé avec cette histoire de frère et sœur. C’était atroce. Juste atroce. Mais je l’ai fait ».

Les scènes additionnelles d’Halloween, produites par NBC, mettent l’accent sur cette direction que va suivre Halloween II. Notamment avec la séquence de la cellule de Myers, après son évasion, dans laquelle Loomis découvre le mot ‘Sister’ (sœur) gravé sur la porte. Cette séquence a beaucoup plu aux studios qui ont convaincu John Carpenter de poursuivre cette idée par d’autres éléments implicites dans Halloween II avant la vraie révélation lors de la conversation entre Loomis et l’infirmière Chambers sur le dossier resté secret sur Michael Myers. Carpenter, qui n’aimait pas du tout cette pirouette scenaristique, a d’abord tenté d’incorporer d’autres ingrédients à la recette de cette séquelle. Comme une tentative désespérée de lui donner plus de crédibilité. L’aura mystique des rites païens via le nom de Samhain est issue d’une recherche de Carpenter. Les références à la fête ancestrale d’Halloween y sont plus nombreuses, le folklore plus épais, plus fantastique. Debra Hill, quant à elle, apporta sa touche sur l’élaboration de certains nouveaux personnages, et étoffa les dialogues (comme elle le fit pour le scénario du premier film). L’écriture du script a été très rapide, plusieurs directions étaient envisagées. Le cadre de l’hôpital a été estimé être le plus judicieux pour une suite pleine de frissons et de rebondissements. Toutefois, afin d’être sûrs de ne pas être piégés une nouvelle fois à l’avenir, Carpenter et Hill voulaient s’assurer d’en finir une bonne fois pour toute avec Michael Myers lors d’un final pour le moins explosif. Rien qui puisse toutefois arrêter les producteurs avides de prolonger l’aventure. Aussi, Carpenter et Hill décidèrent de quitter la saga, après une ultime tentative de renouveau avec Halloween III, qui écartaient les cas de Laurie et de Michael au profit d’autres personnages et d’une nouvelle intrigue sur le thème d’Halloween.

L’implication de Carpenter sur Halloween II dépasse le cadre du scénario et de la production

Halloween II a essuyé beaucoup de critiques à sa sortie en salles. Beaucoup accusèrent Carpenter et Hill de ne pas avoir respecté leur propre film en signant cette suite qui vise la surenchère et l’opportunisme. Il récolta tout de même un score final de plus de 25.500.000$ au box-office, soit de meilleurs résultats que Le Tueur du vendredi (Vendredi 13, chapitre 2) avec 21.700.000$, La malédiction finale (Omen III) avec 20.500.000$ et Hurlements (The Howling) avec 18.000.000$, tous sortis la même année 1981 au cinéma.

(sources : zeshapehalloween, cineserie, IMDb, comicbook.com)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

trois × cinq =