Halloween 5 : revanche et divergences

Halloween 5 logo

Le réalisateur Dominique Othenin-Girard ne l’a jamais caché : l’élaboration du script d’Halloween 5 s’est poursuivie pendant le tournage du film. «Physiquement, c’était impossible de fignoler les détails avec les délais qui nous avaient été accordés». Plusieurs facteurs ont joué contre le film, à commencer par les rapports houleux entre le réalisateur et le producteur exécutif Moustapha Akkad. «Bien qu’il m’avait offert les rennes de la réalisation en plus de la tâche du scénario, Moustapha Akkad avaient des opinions très différentes des miennes, et ne se gardait pas de me les lancer en pleine figure, sur le tournage, et devant toute l’équipe». Mais le réalisateur reste humble et écoute toutes les remarques, n’hésitant pas à mettre tout en œuvre pour prouver que ses choix sont les bons. La séquence de la poursuite dans la cave de la clinique pour enfants (lorsque Jamie tente d’échapper à son traqueur en vaquant entre les draps suspendus) a par exemple été soumise à deux opinions bien distinctes. Akkad souhaitait du calme, du suspense, de la tension. Girard voulait de la vitesse, de l’action, de la panique. Malgré les recommandations exigeantes du producteur, Dominique Othenin-Girard réalise la séquence avec toute la hargne et l’affolement qu’il imagine pour la petite fille apeurée. Il y rajoute une partition musicale proche de celle que composera ensuite Alan Howarth et présente le résultat à Moustapha Akkad. Convaincu, celui-ci s’incline, mais restera très pointilleux sur d’autres parties du film. «Il venait sur le tournage et me disait ‘Ok, scène suivante !’. Et moi j’étais là, frustré : ‘Mais attendez, ce n’est pas encore ça, il faut la refaire !’. Et il me répondait : ‘Ça ne fait rien, scène suivante !’. Il a été très dur. Disons que j’ai vécu un enfer sympathique. C’est un homme que j’aime bien et qui est très compétent. Il connait bien son marché et j’ai beaucoup appris avec lui. Je suis resté amer de ne pas avoir une plus grande liberté mais j’ai joué ma carte».

loomis ensanglanté

Mais au-delà des rapports parfois difficiles avec les producteurs (Akkad imposera encore d’autres changements, qui seront exposés dans une future partie de ce dossier), c’est aussi le Dr Loomis lui-même que Dominique Othenin-Girard a du affronter lors du tournage. Donald Pleasence indiquait gentiment lors d’interviews : «Ce cinéaste a beaucoup d’imagination, il est vraiment très doué. Mais il ne s’est pas rendu compte qu’il faisait le cinquième volet d’une série. Nous nous sommes beaucoup parlé à ce sujet et sommes parvenus à faire des compromis». Ce que l’acteur emblématique n’a pas précisé, c’est que c’est surtout le réalisateur qui a du faire des compromis, Pleasence usant de sa prestance pour imposer son jeu d’acteur. «Il était fâché contre moi plusieurs fois parce que je le poussais dans ses retranchements, mais on s’est bien entendus. C’est un acteur fantastique». L’acteur n’était pas toujours d’accord avec la dimension que prenait le film. Sans doute n’appréciait-il pas que des changements importants puissent avoir lieu pendant le tournage. Pourtant, sur ce point, Dominique Othenin-Girard avait le soutien de Moustapha Akkad. Il annonce : «Pour des raisons de cachets, qu’il jugeait trop importants, le producteur avait décidé que ce serait le dernier film avec lui. Moustapha a des limites dans ses priorités. J’avais donc le droit de tuer le Dr Loomis, et je l’ai utilisé pour le duel entre le psychiatre et son patient. Comme le monstre de Frankenstein et son créateur. J’ai d’ailleurs cru que j’allais le tuer pour de vrai : dans cette scène où il attire Michael dans un piège avec la petite fille dans ses bras, j’ai bien cru qu’il allait avoir une crise cardiaque ! Porter cette gamine pendant 5 prises… C’est quand même un homme qui a maintenant 70 ans !».

Plus fou et déterminé que jamais, et utilisant la petite Jamie comme appât, le Dr Loomis s’apprête à tirer sa révérence face à Michael Myers
(sources : toxic magazine, sevenart, zeshapehalloween)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

dix-sept − 10 =