Le slasher du mois : Massacre au camp d’été (Sleepaway Camp, 1983)

De Vendredi 13 à Carnage, en passant par ce Massacre au camp d’été et bien d’autres cas encore, le slasher s’est attaqué aux colonies de vacances avec une diable sauvagerie. Ces réunions estivales d’adolescents semblaient être le plus représentatif portrait du public visé par ce type de productions, aussi les idées affluaient de façon à… Poursuivre la lecture de Le slasher du mois : Massacre au camp d’été (Sleepaway Camp, 1983)

Le slasher du mois : Carnage (The burning, 1981)

Dès qu’Halloween : la nuit des masques eut lancé le feu vert, les croquemitaines ont envahi les écrans, de long, en large, et en travers. Les premiers d’entre eux sont finalement les plus célèbres dans le registre du cinéma d’horreur, peut-être parce qu’ils semblent être les plus inspirés et les plus prolifiques. Déjà affublés de… Poursuivre la lecture de Le slasher du mois : Carnage (The burning, 1981)

Saga Halloween, un nouveau record de longévité ?

Le tournage d’Halloween Ends a beau avoir été mis en stand-by à cause de l’épidémie du coronavirus sur le sol américain (le confinement a mis fin à toute activité depuis le 17 mars), le clap de lancement de ce nouveau film a aussi sonné un nouveau record pour la saga : celle de la longévité,… Poursuivre la lecture de Saga Halloween, un nouveau record de longévité ?

Michael Myers vs Jason Voorhees : le combat des chefs

L’objet de cette étude n’est pas tant de confronter le tueur d’Halloween à celui de Vendredi 13, ni de comparer la qualité de leurs franchises de films respectives, mais de voir en quoi les sagas se sont mutuellement influencées. En effet, si l’on vient bien souvent accuser Vendredi 13 de n’être qu’une pâle copie d’Halloween… Poursuivre la lecture de Michael Myers vs Jason Voorhees : le combat des chefs

Génération croquemitaines : le tueur aux gants de vaisselle d’Evil Laugh (Le rire du diable, 1986)

ATTENTION, CET ARTICLE CONTIENT DES SPOILERS IMPORTANTS SUR L’IDENTITE DU TUEUR ! Les années 80 sont portées par la vague slasher, c’est indiscutable. Des centaines de tueurs dégénérés s’en sont suivies sur des kilomètres de bobines condamnées aux meilleurs jours des vidéo-clubs. À cela, au milieu de tous les autres fleurons du genre, Evil Laugh… Poursuivre la lecture de Génération croquemitaines : le tueur aux gants de vaisselle d’Evil Laugh (Le rire du diable, 1986)