ZESHAPEHALLOWEEN

L'ANTHOLOGIE DE MICHAEL MYERS ET DE LA SAGA HALLOWEEN

SAGA HALLOWEEN : LE MYSTÈRE SUR LES PÈRES DES ENFANTS DE LAURIE STRODE

Dans les trois timelines de la franchise Halloween, Laurie Strode (incarnée à travers les années par Jamie Lee Curtis) a eu trois enfants, mais aucun père n’a jamais été clairement identifié. Retour sur les raisons de ce mystère qui motive souvent les fans à exposer leur propre théorie sur la question.

Le calvaire de la petite Jamie Lloyd, arrachée à sa mère dans Halloween 4.

Halloween 4 : the return of Michael Myers (1988) est le premier métrage de la saga à présenter la progéniture de Laurie Strode avec Jamie Lloyd (incarnée par Danielle Harris). Dans cette timeline composée de la lignée Halloween I, II, 4, 5 et 6, les scénaristes avaient d’abord cherché à faire oublier Laurie Strode. Jamie Lee Curtis ne souhaitant pas reprendre son rôle et se tournant vers un autre chemin de carrière, la coupure marquée par Halloween III permettait de surfer sur cette volonté de passation de flambeau. Pour remplacer Laurie Strode (annoncée morte dans un accident de voiture en début de métrage), les regards se tournent vers sa fille Jamie, nouvelle proie du croquemitaine. L’identité de son père n’est pas tout à fait un secret dans Halloween 4, sans être toutefois d’une clarté absolue. En l’appelant Jamie Lloyd, le scénariste Alan B. McElroy a soulevé l’éventualité que son père soit Jimmy Lloyd, le jeune infirmier amoureux de Laurie dans Halloween II. Cependant, Jimmy est une victime de Myers dans le film. Son personnage ne survit que dans la version TV, pas dans la version cinéma à laquelle Halloween 4 fait suite. Dans le film, on aperçoit dans les photos souvenirs de Jamie, une image de son père, bien différent toutefois du physique de Jimmy dans Halloween II. En tous les cas, le personnage du père de Jamie dans Halloween 4 est survolé pour ne pas appuyer l’attention du public sur l’absence de Laurie Strode. Les producteurs souhaitaient ardemment développer une nouvelle trame et de nouveaux personnages, faisant des références au passé sans s’y enliser.

Le poids du drame familial entache la relation mère-fils de Laurie et John dans H20.

Faisant le choix d’ignorer les événements des trois précédents opus de la saga, Halloween 20 ans après (1998) présente dans une nouvelle lignée narrative (marquée par la continuité Halloween I, II, H20 et Resurrection) John Tate (incarné par Josh Hartnett), le fils de Laurie Strode et d’un père inconnu mais mentionné à diverses reprises lors d’un échange tendu entre mère et fils. Ce père (qui « fume 40 clopes par jour et est accro à la méthadone », selon les dire de Laurie) existe toujours au moment des événements du film, mais uniquement pour « normaliser » la vie des deux personnages, et garder la notion de drame (en référence au trauma suite à son expérience) sur celui de Laurie. Si le public a mis beaucoup de temps à assimiler la notion de cassure et de différentes timelines, c’est parce qu’il n’était pas courant pour une saga, à l’époque, de choisir délibérément d’ignorer plusieurs films et revenir si audacieusement à ses fondamentaux (en effet, combien de fans demandaient où était passée Jamie Lloyd et pourquoi le film n’y faisait plus référence ?). De plus, le traumatisme vécu par Laurie et ses ravages sur son équilibre durant 20 ans justifie implicitement et complètement que les parents de John se soient séparés. Depuis, les fans ont cherché à donner une identité au père de John, allant jusqu’à entremêler les intrigues entre elles (dans son recueil liant tous les films de la saga [Halloween 4 à 6 et H20 inclus], l’auteur et fan Tomemoria a développé un fascinant récit faisant du petit ami de Judith Myers dans la séquence d’intro du premier film le père de John Tate).

Une relation sur le fil entre Laurie et sa fille Karen dans Halloween (2018).

Dans le cas d’Halloween (2018), un nouveau trait est tiré dans la continuité relatée jusque-là, et propose dans l’histoire de Laurie Strode une troisième timeline (Halloween I, Halloween 2018, Kills et Ends) et une nouvelle descendance avec Karen Nelson (incarnée par Judy Greer). La fille unique de Laurie dans cette dynastie moderne ne révèle pas non plus le nom du père. Dans le portrait fait par les journalistes du premier des films réalisés par David Gordon Green, on cite deux mariages et autant de divorces dans le parcours personnel de Laurie, à nouveau en conséquence du choc vécu par celle-ci 40 ans plus tôt. Il est également explicitement indiqué dans les séquences de flash-back que le père de Karen ne faisait plus partie du foyer lorsque celle-ci avait 8 ans et que, noyée dans la paranoïa et l’entraînement intensif de sa mère, elle fut saisie par les services de protection de l’enfance et placée dans un centre social. Pour donner une identité au père de Karen, les fans ont saisi les bribes laissées par Halloween Kills. Le métrage faisait état d’une possible histoire d’amour entre Laurie et le shérif Hawkins, le désignant  potentiellement comme étant le père de Karen. Cette information peut possiblement être étalée dans Halloween Ends. En l’attente, cette nouvelle trilogie avait elle aussi jusque-là couvert de mystère l’identité du père de Karen pour concentrer la relation de celle-ci avec sa mère au centre de la trame dramatique du métrage.

(sources : screenrant, halloweenmovie.fandom.com)

Au Suivant Poste

Précedent Poste

Poster un Commentaire

sept − trois =

© 2022 ZESHAPEHALLOWEEN

Thème par Anders Norén