Michael Myers vs Jason Voorhees : le combat des chefs

L’objet de cette étude n’est pas tant de confronter le tueur d’Halloween à celui de Vendredi 13, ni de comparer la qualité de leurs franchises de films respectives, mais de voir en quoi les sagas se sont mutuellement influencées. En effet, si l’on vient bien souvent accuser Vendredi 13 de n’être qu’une pâle copie d’Halloween la nuit des masques sous les seuls vrais prétextes que le film de John Carpenter le précède de 2 ans et que celui de Sean Cunningham est le premier ersatz de la mode naissante des slashers, force est de constater que la vérité réside en le fait que les films se sont nourris les uns et les autres pour assurer aux deux tueurs de persister au cinéma durant toutes ces années.

Certes le projet Vendredi 13 est né du succès d’Halloween. Après les festivités obscures du 31 octobre, l’idée était de surfer sur une autre date maudite du calendrier, et présenter une nouvelle hécatombe qui allait se solder d’un nouveau succès faramineux au box office. Mais en toute objectivité, en quoi Vendredi 13 (1980) ressemble-t-il à Halloween (1978) ? En pas grand chose, malgré une narration sommaire, étant donné qu’en comparaison avec d’autres slashers à suivre, Vendredi 13 a tenté d’avoir sa propre identité. Ici, pas de croquemitaine masqué, mais un tueur mystérieux qui sévit dans l’ombre, qui ne se révélera à l’héroïne et au public que lors de l’épilogue. Un principe de suspense du slasher plus en vogue et modèle (Le bal de l’horreur, Scream) que celui présenté dans Halloween. Par contre, les suites du film de Sean Cunningham, avec Jason Voorhees, plongent tête baissée dans l’halloweenesque frasque de Michael Myers, lui-même devenu un tueur indestructible. La bataille du body count pouvait commencer.

Jason Voorhees est et restera le tueur au masque de hockey et à la machette
Michael Myers saisissant à son tour une machette lors d’une scène d’Halloween 6

Avec Le tueur du vendredi, la saga Vendredi 13 trouve son emblématique tueur qui va sévir jusqu’à plus soif. Mais il faudra attendre un opus supplémentaire pour que Jason s’affuble de son légendaire masque de hockey pour se hisser au niveau hyper léché qu’ordonne le statut de croquemitaine. Le masque blanc étant l’identité de Michael Myers, Jason trouve la sienne avec cette variante qu’il ne quittera plus. 1981, année du Tueur du Vendredi et d’Halloween II, marquera la première bataille des deux croquemitaines au cinéma, Myers alignant soudainement beaucoup plus de victimes avec de nouvelles armes, procédé ouvert avec Vendredi 13. D’ailleurs, dans les deux films, les tueurs plantent un marteau dans la boîte crânienne d’une de leurs victimes.

En 1981, Halloween II et Vendredi 13 chapitre 2, le tueur du vendredi, présentent tous les deux un meurtre à coup de marteau…

Si Vendredi 13 est né grâce à Halloween, alors Halloween 4 doit son existence à Jason Voorhees. L’épisode 3 de la saga Halloween tentait une nouvelle approche, mais le slasher aura eu raison cette audacieuse tentative en réanimant le croquemitaine d’Haddonfield afin qu’il marche sur les traces de Jason Voorhees et sa suprématie au box office. En effet, quand Halloween 4 se met en place en 1988, le tueur des Vendredi 13 amorce déjà sa septième sanglante aventure. Niveau remake, c’est de nouveau Michael Myers qui primera, avec l’immense succès du film de Rob Zombie en 2007, qui fait naître deux ans plus tard Jason dans la nouvelle formule signée Marcus Niepsel déjà responsable de la nouvelle version de Massacre à la tronçonneuse en 2003. Vendredi 13 de 2009 ne sera pas un remake du film original mais accélérera le processus pour faire revenir le tueur au masque de hockey au centre de son intrigue. Drôle d’idée de copie de la part de Jason dans ce remake, celui de capturer et enfermer l’héroïne pour des raisons obscures au lieu de la tuer, comme le Michael Myers du remake de 2007 avec sa sœur Laurie.

Chez Rob Zombie, Michael Myers ne cherche pas à tuer sa victime phare, mais la capturer pour de mystérieuses raisons…
Idem pour Jason Voorhees dans le remake de 2009, et toujours pour des raisons floues

Les vraies subtilités d’inspirations sont encore légion dans les sagas respectives. Jason a sa part d’influence pour des idées exploitées dans Halloween. Dans les quatrièmes films des sagas, Myers et Voorhees affrontent des enfants en guise de héros, mutuellement comme personnages récurrents de 3 films : Jamie Lloyd dans Halloween 4 (1988), 5 (1989) et 6 (1995) ; Tommy Jarvis dans Vendredi 13, chapitre final (1984), Une nouvelle terreur (1985) et Jason le mort vivant (1986). Jason ouvrira le bal des séquelles en amorçant la future règle du « personne n’est à l’abri » en tuant Alice, héroïne survivante du précédent chapitre dans Le tueur du Vendredi. Michael Myers opérera ce schéma avec Rachel dans Halloween 5, Jamie dans Halloween 6, et Laurie Strode dans Halloween Resurrection.

Vendredi 13, chapitre final (1984) présentera un enfant, Tommy Jarvis, comme proie du terrible tueur Jason Voorhees…
Quatre ans plus tard, c’est Jamie Lloyd qui sera l’enfant-proie de Michael Myers dans Halloween 4.

L’étrange idée de copie que fera la saga Vendredi 13 à Halloween, c’est le principe de la malédiction familiale. Tardivement dans la saga, en l’occurrence dans Jason va en enfer (1993), neuvième incursion de la saga Vendredi 13, il est question que seul un membre de la famille de Jason peut éradiquer définitivement le tueur. Par là même, Jason part en quête pour tuer les derniers survivants de sa famille pour que cette malédiction ne puisse lui nuire. Impossible de ne pas penser à Michael Myers qui poursuit sa sœur dans Halloween II dès 1981 et étend l’aura familiale avec sa nièce puis son petit neveu dans les opus 4 et 6. Michael Myers traquera donc sa sœur Laurie Strode tandis que Jason Voorhees affrontera sa sœur Diane. L’un et l’autre viendront à bout de leur assaillante, Jason dans Jason va en enfer (unique fois où il y aura confrontation familiale) et Myers dans Halloween Resurrection.

Diane Voorhees en bien mauvaise posture face à son frère Jason.

Enfin, c’est un Michael Myers désuet qui pompera l’essence même de la saga Vendredi 13 dans Halloween II de Rob Zombie en 2009, en animant le tueur de l’influence morbide de sa défunte mère Deborah, copiant ainsi l’idée préalablement exploitée jusqu’à la moelle des os dans Vendredi 13 chapitres 2 et 3 (1981 et 1982) et Freddy contre Jason (2003) avec Pamela Voorhees qui dirige son fils comme une monstrueuse marionnette au fil des films. Rob Zombie n’en étant pas vraiment à son coup d’essai puisque son Michael Myers se transformera en un colosse façon Jason Voorhees alors qu’il n’était jusque-là qu’une fantomatique entité plus discrète et subtile. En quelques sortes, Myers aura déjà subit cette influence dès sa résurrection opportuniste dans Halloween 4, dans lequel il revient beaucoup plus grand que dans les deux premiers opus de la saga.

Pamela Voorhees, celle par qui tout a commencé dans la saga Vendredi 13
Deborah Myers, celle par qui tout s’est terminé dans Halloween II de Rob Zombie…

Pour finir, les deux tueurs tenteront de se démarquer au fil des films grâce au recours à un arsenal hors du commun, même si cet étalage d’armes parfois absurdes est une marque de fabrique propre à Vendredi 13. Halloween 5 sera même accusé de vouloir copier ce modèle lorsque Myers usera d’une binette, d’une fourche et d’une faux. Jason gardera la palme avec l’utilisation meurtrière d’un coupe-bordure, d’un jouet trompette et d’une guitare électrique là où Myers aura quant à lui tenté un tire bouchon, un patin à glace et un trépied de caméra. Halloween 6 armera même Michael Myers d’une machette, arme par excellence de Jason Voorhees.

Un chois des armes toujours plus improbable et surprenant, mais toujours efficace pour anéantir des innocents...
Un choix des armes toujours plus improbable et surprenant, mais toujours efficace pour anéantir des innocents… (ici un coupe bordure dans Vendredi 13, un nouveau défi)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

20 + douze =