Halloween 6 : souvenirs de tournage avec Joe Chappelle

Halloween 6 kim darby
NDR : Le magazine Fangoria n°147 d’octobre 1995 signé Marc Shapiro est consacré à Halloween : The Curse of Michael Myers. Le magazine est sorti en presse américaine très peu de temps avant celle du film dans les salles de cinéma. Les attentes étaient grandes de la part des fans, six ans après Halloween 5. Et le magazine entretient cette impatience avec talent (l’autre talent du magazine sera de détruire le film dans le numéro suivant, après visionnage). Retour sur les petites exclusivités étalées dans les pages de ce numéro.
L’article s’entame avec une séquence de tournage à laquelle les rédacteurs ont pu assister. Il s’agit de la scène de Debra Strode (interprétée par l’actrice Kim Darby) recevant un coup de téléphone de l’homme en noir, avant de découvrir derrière elle la présence du croquemitaine. L’article est intéressant, même quand on le relit plus de 15 ans après, car il reflète l’ambiance de tournage. Le réalisateur Joe Chappelle y apparaît d’ailleurs comme quelqu’un de très impliqué et de professionnel, minutieux dans sa façon de considérer une scène et de la mettre en bobine. L’homme, qui n’a eu qu’une semaine de marge entre la fin de la pré-production et le début du tournage, a consacré cinq des sept jours à faire des repérages de lieux. Il a ainsi contré des conditions météo difficiles (Halloween 6 est le seul film de la saga à avoir été tourné en hiver) et des producteurs difficiles qui squattaient le tournage après avoir réduit d’un million le budget total des 5 millions de dollars du film. Joe Chappelle croit dur en la force de son projet, estimant « que tout film a un potentiel en soi, même s’il est affublé du numéro 6″. Il anticipe les scènes pour en avoir une vision parfaite, fait des marques d’humour sur le plateau et tient aussi à surprendre les spectateurs en atténuant le gore et privilégiant le retour au suspense. De plus, il souhaite inclure des éléments implicites qui ne seront repérés en salles que lors d’un second, voire un troisième passage…
Joe Chappelle est donc présenté comme quelqu’un d’engagé et sérieux. C’est assez amusant, quand on sait que le réalisateur devint l’homme à abattre après dévoilement des événements en post-production durant lesquels il a proprement démonté le film au détriment de toute logique. Mais puisqu’il faut toujours un ‘punching-ball’ dans les parages, à l’heure de l’édition de cet article dans le magazine Fangoria, c’est Halloween 5 qui s’en prend plein la figure, avec ou sans tact, et de la part de tout le monde : le rédacteur commence par juger le film de « bordel ». Donald Pleasence le traduit en tant qu’absurde avant de dire carrément qu’il s’agit tout simplement d’un déchet. Le scénariste Daniel Farrands indique qu’il est très dur d’écrire une suite six ans après un film, mais que c’est encore plus dur quand c’est après un 5ème opus aussi mauvais. Enfin, le réalisateur Joe Chappelle, assurant la promo de son film, dévoile : « Une bonne chose pour nous c’est que les attentes sont nombreuses mais pas très gourmandes. Tout le monde est en droit d’attendre le pire. Mais après Halloween 5, ça ne peut qu’être mieux ! ». Un festival de mauvaises langues qui se retournera très vite contre l’équipe, une fois le film sorti sur les écrans.
(sources : fangoria, IMDb, zeshapehalloween)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

17 + quatre =