Halloween 4 : sortie cinéma, l’isolement français

Halloween 4 a été lancé dans l’urgence autant pour profiter de l’attente des fans de revoir à l’écran le croquemitaine Michael Myers que pour marquer les 10 ans du film culte de John Carpenter. À sa sortie aux Etats-Unis le 21 octobre 1988, le film est un carton et empoche plus de 17 millions de dollars de recettes. Le producteur exécutif Moustapha Akkad décide de ne pas perdre de temps et lance la production d’un cinquième opus pour une sortie en salles l’année suivante.

La France attend dans le noir un retour qui tarde à venir jusqu’à elle…

En France, l’heure est à la patience. En effet, toute l’urgence et la démesure semblent s’être noyé dans l’Atlantique. Le film mettra près de 2 ans à débarquer dans les salles parisiennes, à hauteur d’une distribution timide. Mais au préalable, la promotion s’opère via les magazines consacrés au genre, comme Mad Movies qui traite dans une simple double page (dont une rien qu’avec des photos) de la genèse du film et ses opérations marketing efficaces sur le continent américain : le retour de Donald Pleasence, le scénario rédigé en 11 jours par Alan B McElroy qui respecte les codes tout en nouant une intrigue au final renversant, la mécanique du suspense et la qualité de réalisation de Dwight Little. Pour Marc Toullec, rédacteur de l’article pour le magazine, les pouces sont levés. Nous sommes le 9 mai 1990, Halloween 4 sort au cinéma en France… dans l’indifférence générale.

L’affiche française est la seule à ne pas tricher sur le masque porté par le tueur dans le film.

Le problème n’est pas tant que la France ait snobé le film à sa sortie. À dire vrai, le public français a plus ou moins toujours été bons spectateurs des aventures sanglantes de Michael Myers, même pour l’épisode 3 dans lequel le tueur n’était pas présent (Halloween III, le sang du sorcier a fait un score très honorable en France avec 121 000 entrées). Toutefois, l’idée de sortir le film au printemps, près de 2 ans après la sortie US, tandis que le cinquième opus est déjà sorti en salles aux USA, comment espérer un succès en salles de cinéma hexagonal ? Résultat : 12 262 entrées en région parisienne (16 salles distributrices), pour un nombre total de 46 850 sur le plan national, en 3 petites semaines de carrière. Un score très en-deçà de ce que le genre est capable de provoquer sur le public d’aficionados en matière d’horreur. Pour exemple, le cinquième Freddy, à savoir L’enfant du cauchemar, également distribué en salles françaises en 1990, a totalisé plus de 257 500 entrées.

Distribution française d’Halloween 4 en VHS, l’époque bénie des vidéo-clubs…

Etonnamment, les distributeurs français n’ont pas suivi la même stratégie que leurs cousins américains. Les affiches étrangères étaient légion dans les années 80-90, aussi la France choisit elle un autre poster d’exploitation que l’opportuniste affiche officielle (exposant le masque et la maison de l’opus original). Bien que particulièrement criarde, l’affiche française joue la carte de la transparence, une idée honnête mais pas très vendeuse, qui se transformera fin 90 au moment de la sortie en vidéo du film dans les bacs et les vidéo-clubs. Cette fois, c’est un montage qui est proposé, mais toujours avec la franchise de présenter le véritable masque du film. Les premières éditions en DVD chez Opening auront même l’audace de reprendre l’affiche originale française pour se vendre. Un pari risqué au bon goût de nostalgie. En tous les cas, si le trop petit succès d’Halloween 4 en France est du à sa sortie tardive, il est à noter que le Brésil n’aura eu le droit de découvrir le film dans ses salles qu’un mois encore après la France, tandis que le Japon n’aura droit qu’à une sortie directe en vidéo… en novembre 1990. Pour l’anecdote, Halloween 5 est également sorti en France en 1990, au mois de novembre, mais uniquement dans le cadre d’un festival sur une semaine d’exploitation à Paris et dans deux villes de province. Son résultat cinéma n’enregistrant dès lors que le très faible score de 1 913 entrées dans notre pays. Halloween 6, quant à lui, sortira directement en vidéo, avant qu’Halloween 20 ans après ne vienne redorer le blason de la saga et la fidélité du public français face au croquemitaine le plus célèbre du cinéma d’horreur.

(sources : Mad Movies, IMDb, boxofficestory, ciné-ressources, wikipedia)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

six + quatorze =