ZESHAPEHALLOWEEN

L'ANTHOLOGIE DE MICHAEL MYERS ET DE LA SAGA HALLOWEEN

ACTUALITÉS : ET SI L’AVENIR DE LA FRANCHISE SE TOURNAIT VERS HALLOWEEN III ?

Lorsque les droits de la franchise ont été rachetés par Blumhouse, l’idée était de proposer un remaniement complet de la saga à travers une suite directe au film original de John Carpenter qui allait souffler ses 40 bougies. Suite au succès du film de 2018, le producteur Jason Blum ne lança pas une séquelle mais un projet de trilogie que composent Halloween, Halloween Kills et Halloween Ends dont la sortie est prévue pour octobre 2022. À (presque) l’heure du bilan, quel avenir envisager pour Michael Myers et la saga ? Le dieu dollar saura-t-il respecter le repos du croquemitaine ? Le terme de fin annoncé par Halloween Ends sera-t-il lui aussi respecté ? En octobre 2021, le producteur de la franchise a manifesté son intérêt dans une suite alternative à l’image d’Halloween III (1982). Retour sur ces révélations et sur l’excellente idée que représente ce projet, pas si fou au vu des circonstances.

Avec les années, Halloween III est devenu un classique dont un remake n’est pas à exclure…

Argument numéro 1 : Halloween III : season of the witch (aka Le sang du sorcier en France) est un excellent film alliant mystère et fantastique. Certes il y a eu une longue traversée du désert, mais le film est aujourd’hui un classique non négligeable auprès de la communauté de fans. Réalisé en 1982 par Tommy Lee Wallace et produit par John Carpenter et Debra Hill, il répondait à l’époque au souhait de faire de la franchise Halloween une série d’épisodes indépendants. La nuit du 31 octobre étant l’objet de nombreux mythes, l’objectif était de présenter une autre histoire après celle d’un fantomatique tueur en série lâché aux trousses de quelques habitants d’une ville puis d’un hôpital. Halloween III allait traiter de la magie, de la sorcellerie, et qui sait ce qui allait être au centre du quatrième opus et des suivants… Mal accueilli à sa sortie, la faute à la dominante slasher qui a déferlé dès la sortie du premier Halloween, ce 3e opus et tout son potentiel ont été écarté au profit du come-back du croquemitaine masqué dans Halloween 4 : the return of Michael Myers. D’abord vilain petit canard dans « l’organisation » de la saga, Halloween III a fini par entrer dans la légende autant en tant qu’épisode isolé et indépendant que chapitre alternatif au milieu de la franchise Halloween, devenant une référence récurrente au cinéma (mentionné ou apparaissant dans de nombreuses productions, de Livide à The Guest, en passant par la série Penny Dreadful) et dans la saga à laquelle il appartient (on aperçoit les célèbres masques du film dans Halloween [2018] et Halloween Kills [2021]). Aujourd’hui, nombreux sont les fans qui attendent un caméo de Tom Atkins (héros du film de 1982) dans un nouvel opus, voire même (comble des convoitises), un remake du film au cinéma ou sur les plateformes de vidéo à la demande. Véritable satire du pouvoir de la télévision, Halloween III pourrait trouver une nouvelle jeunesse dans le monde d’aujourd’hui et dans le rapport on-ne-peut-plus intime de la société actuelle vis-à-vis des écrans. À sa manière, John Carpenter avait déjà renoué avec l’esprit de cette satire avec Invasion Los Angeles en 1988.

Les films ou séries à sketches comme Creepshow ont le vent en poupe…

Deuxième argument tenant à penser qu’il est tout à fait temps pour la saga Halloween de se prolonger en épisode alternatif est la grande popularité actuelle du genre de film dit « à sketches ». Le plus grand exemple au cinéma est Creepshow (1982) dépeint dans deux suites mais aussi et surtout en série TV depuis 2019. Les films et séries « à histoires », aussi appelées « anthologies » redeviennent à la mode, comme le prouvent American Horror Story, ses 10 saisons et nombreuses déclinaisons, la série canadienne Slasher, The Terror, Black Mirror et consors (traitant de thèmes différents d’une saison ou d’un épisode à l’autre), ou des productions de longs-métrages anthologiques telles que Welcome to the Blumhouse, Into the Dark ou encore les trois actes de Fear Street. Dans les années 80 déjà, une tentative d’invasion du petit écran avait été plusieurs fois effectuée avec les adaptations TV de Vendredi 13, la série, Les cauchemars de Freddy, bien que leur succès a été bien modeste comparé aux illustres Contes de la Crypte qui régnaient en maître à la télévision dès 1989.

La satire sociale, ne manquant pas de matière, a encore de beaux jours devant elle…

En troisième lieu, les satires sur les phénomènes de société sont plus courants et mieux acceptés de nos jours car oui, à ce registre, Halloween III : season of the witch était un peu en avance sur son temps. La dénonciation par le vice, en l’occurrence celle du pouvoir de la télévision et le matraquage publicitaire sur la jeune génération menant à leur plus simple et brutale extinction. Aujourd’hui, et principalement depuis les années 2000, on trouve de nombreux exemples aussi variés que mémorables dans le genre, de la saga Scream à Wedding Nightmare, en passant par Get out et Us de Jordan Peele, American Psycho, Starship Troopers, Battle Royale ou encore La cabane dans les bois. Le public est friand de ce qui a va à l’encontre des codes habituels. En tout lieu parce que ces films, intelligents et à contre-courant, permettent d’avoir un regard neuf sur les choses, et se prendre au jeu de la surprise, loin du cinéma conventionnel qui représente encore la grande majorité des métrages d’aujourd’hui. Halloween Kills, bien qu’un épisode transitif dans l’histoire mise en lumière dans la dernière trilogie relatant des sanglantes aventures de Michael Myers à Haddonfield, donnait déjà dans la satire avec le phénomène de désinformation, de mouvement de mutinerie et paranoïa sociale, autant d’éléments « très actuels » d’après les dires du réalisateur David Gordon Green.

Offrir un remake à Halloween III, bonne ou mauvaise idée ?

Enfin, ultime argument qui va dans le sens de l’anthologie, c’est l’intérêt que porte le producteur Jason Blum pour Halloween III. Sans forcément considérer à proprement parler un épisode alternatif pour poursuivre la saga, Blum n’est pas insensible à l’idée d’offrir un remake de Season of the Witch aux fans. Et si ce n’est pas au cinéma, peut-être se tournerait-il légitimement vers les plateformes de vidéo à la demande, qu’il a déjà exploré à plusieurs reprises (dont Welcome to the Blumhouse, comme cité plus haut, ou Hush : pas un bruit). Comme il l’a confié au magasine Scare en octobre dernier, Jason Blum considère Halloween III comme une pièce influente et un des meilleurs opus de la saga : « J’adorerais travailler là-dessus. J’ai des idées pour ça, des choses que nous aimerions faire, des éléments dans lesquels piocher. Mais faire quelque chose de Season of the witch, ça oui, j’adorerais. C’est certain« . L’homme et sa société sont des incontournables du cinéma de genre aujourd’hui, grâce à une recette simple et efficace dont les ingrédients sont aussi sommaires que fructueux : « Plus le budget est bas, et plus on est créatif. Blumhouse est une société pour les auteurs. On en fait des films d’art et essai, mais tout tourne autour du réalisateur« . En tous les cas, Jason Blum porte toute son attention sur la mise en chantier d’Halloween Ends, tout en prenant à cœur d’offrir encore de nouvelles idées pour prolonger la saga… même s’il fallait potentiellement pour cela oublier Michael Myers au profit d’éléments inédits à explorer.

(sources : DreadCentral)

Au Suivant Poste

Précedent Poste

Poster un Commentaire

onze + treize =

© 2022 ZESHAPEHALLOWEEN

Thème par Anders Norén